Comment s’équiper pour 1000km de bikepacking ?

Le dressing

À l’arrière, c’est encore dans une sacoche imperméable Ortlieb.
Bien fixée, elle balotte peu, et une petite valve pour libérer de l’air sur le côté permet une compression maximale.

Dedans, se trouvaient tous mes vêtements de rechange :

– Un dry-bag avec 3 caleçons et 3 paires de chaussettes.
– Un dry-bag avec un short et un t-shirt de ville.
– Un dry-bag avec un short et un pull pour la nuit.
– Un maillot et un cuissard de rechange.
– Une serviette et un maillot de bain.
– Une pochette avec les cables et les chargeurs pour mes appareils électroniques.

Un des gros avantage de cette sacoche est le petit filet sur le dessus, que j’utilise personnellement pour accrocher mes chaussures de ville et un petit trépied. Autre point apprécié : les nombreux éléments réfléchissants, sur les côtés comme derrière, et la possibilité d’accrocher des loupiottes.

La salle de bain

C’est le moment de parler de LA trouvaille que j’ai faite chez Decathlon complètement par hasard : des sacoches de ceinture étanches.

D’une capacité de 1,2L, je les accroche sur les côtés de ma sacoche de selle. Hyper pratique, hyper léger, et hyper simple à installer, j’y fourre tous les petits objets sanitaires que j’aimerais pouvoir avoir sous la main : un Opinel, ma trousse de toilette, ma lampe frontale et ma trousse de secours.

Ces sacoches sont pensées pour la randonnée, et absolument pas pour le bikepacking. Et pourtant, j’ai été véritablement ravi de tomber dessus tant elles m’ont simplifié la vie quand venait l’heure d’installer son campement.

Du bmx au fixie, en passant par le vélo de route, le velotaff et bien sûr le gravel et le bikepacking, une seule chose m'anime : photographier et partager mes aventures.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *