Cinq trucs que Les Rookies auraient aimé savoir avant.

Les-rookies-cinq-conseils-1609

Vous l’aurez compris, on est fier d’être des Rookies.
Pour nous, c’est plus une force qu’autre chose, puisque ça veut tout simplement dire qu’on a jamais fini d’apprendre et de découvrir.
Et comme on aime à le répéter : on est tous le rookie de quelqu’un.

Cependant, comme tout le monde, il y a quelques trucs dans le domaine du vélo qu’on aurait aimé savoir avant.

Certains enseignements sont cocasses, d’autres ont été découverts dans la douleur. Pour vous éviter quelconque mauvaise expérience et pour que le vélo soit toujours un plaisir, voici une première petite liste non-exhaustive des trucs qu’on aurait aimé savoir avant.

01 – On ne met pas de slip sous le cuissard

Un cuissard est pensé de sorte à épouser la forme de votre corps et à avoir le moins de coutures possibles, pour une raison simple : éviter au maximum les frottements contre la peau. Ces frictions peuvent devenir sincèrement pénibles, voire insupportables, après un long moment passé sur la selle.
Donc quand vous décidez de porter votre plus beau slip sous le cuissard, vous prenez le risque de finir en cow-boy ET vous ruinez des années de travail de personnes qui se sont efforcées à concevoir le cuissard idéal pour garantir l’équilibre parfait entre confort et performance. Pas cool.

02 – On ne croise pas ses vitesses

En gros, si vous avez un double-plateau sur votre pédalier, il faut veiller à éviter de ‘croiser’ les vitesses, car cela accélère l’usure de la chaine et des pignons. Le but est d’essayer de garder la chaine la plus droite possible, donc on essaie d’aligner les vitesses à l’avant et à l’arrière, dans la mesure du possible.

03 – Les pneus ont un sens de montage

Ce n’est pas le cas de tous les pneus, mais la plupart des modèles récents ont une petite flèche de rotation indiquée sur le flanc.
En respectant le sens de montage, vous optimisez le rendement, l’adhérence, la direction et la durée de vie de vos pneus.

Bref, c’est censé garantir la bonne performance du pneu.

Mais ne paniquez pas non-plus si vous les montez à l’envers.
A priori, ça devrait faire le job quand même !

04 – On n’attend pas d’avoir faim pour manger

Et on n’attend pas d’avoir soif pour boire.

Considérez votre corps comme une voiture : la nourriture est votre carburant, l’eau est l’huile pour vos rouages. Et c’est rarement une bonne idée d’attendre que tous les voyants s’allument sur votre tableau de bord pour penser à refaire le plein. Donc on anticipe, et on apprend à écouter son corps.

Enfin, pour terminer cette belle analogie automobile : plus vous roulez fort, plus vous consommez, plus vous aurez besoin de carburant. Donc ne vous étonnez pas de manger plus que d’habitude.

Pour mieux comprendre, on vous conseille l’excellente série documentaire Eat, Race, Win, où la cheffe Hannah Grant vous explique comment elle nourrit une équipe cycliste pendant le Tour de France. Par exemple, pour nourrir les neufs courreurs, elle prévoit une quantité équivalente à un repas pour ving-sept personnes.

05 – Les cimetières sont tes amis

Alors c’est bien gentil de vous dire de boire souvent, mais komenkonfé quand on a plus rien dans nos beaux bidons Rapha ? On cherche un cimetière.

Vous y trouverez quasi-systématiquement une petite fontaine d’eau potable pour faire le plein. Pour le moment, cette info s’est toujours vérifiée sur nos sorties. Inutile de vous rappeler que c’est le genre d’endroits où il faut toujours veiller à être respectueux, silencieux, et à se faire discret au maximum. C’est un lieu de recueillement.


Attention cependant, j’ai eu le plaisir de découvrir que ce n’est pas le cas dans tous les pays, lors de mon biketrip Amsterdam-Berlin :
– Les Pays-Bas ont un fort passé protestant, dont le passage à l’au-delà est autrement régulé que nos cimetières majoritairement catholiques. J’en ai donc croisé beaucoup moins qu’en France, et pas toujours avec de l’eau potable.
– En Allemagne, j’ai croisé plus de cimetières qu’aux Pays-Bas, mais rares étaient ceux équipés d’une fontaine.

En cas de difficultés à trouver une fontaine, n’hésitez pas à demander à un habitant qui jardine, voire même à un commerçant, s’il aurait l’amabilité de remplir vos bidons. Avec un sourire et du respect, ça passe toujours mieux !


Et vous, quelle est LA leçon que vous auriez aimé savoir avant ? 😏

Du bmx au fixie, en passant par le vélo de route, le velotaff et bien sûr le gravel et le bikepacking, une seule chose m'anime : photographier et partager mes aventures.

1 Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *