Aventure de Rookies : « Le Paris-Amsterdam de trois branleurs. »

Il y a quelques mois, nous avions échangé avec Thierry Antoniewicz, jeune vélotafeur parisien qui nous a raconté son premier « vrai » voyage à vélo : organisé sur un coup de tête, trois compères décident de pédaler de Paris à Amsterdam pour rejoindre un festival de musique electro. Un véritable trip de rookies qu’on a pas pu s’empêcher de vous partager tant on a eu du mal à croire à l’enchaînement de toutes leurs galères. Un récit néanmoins enchanté et enchanteur, qui nous rappelle encore une fois que les imprévus semblent vite insignifiants face aux souvenirs mémorables que l’on partage.


Plusieurs personnes nous parlent d’un super festival de musique électro / techno / house qui se tient tous les ans à Amsterdam. Ça s’appelle Dekmantel, c’est un peu cher mais il paraît que ça vaut le coup. On se dit que ça serait bien cool d’aller là-bas à vélo pour l’expérience. Une fois sur place on aura bien mérité de faire la fête.

Tous les trois velotafeurs, on prévoit six jours, soit cinq étapes et un jour de repos pour se rendre à Amsterdam. Nicolas a loué un vélo de route Orbéa pour l’occasion, il trouve le plan auprès d’un particulier. Nico on l’appelle aussi « The Magic Shrimp » pour son physique de sprinteur américain de la fin des 90’s à quelques détails près comme : les jambes, le poids, l’allure et 70kg de muscle moins. Comme toujours quand on voyage ensemble, il ne prévoit pas de transporter grand-chose. Pourquoi ? Parce que Nico quand il part en vacances « C’est pas pour se faire chier avec des trucs en trop » mais il part quand même en vacances à vélo : paradoxe du gars qui veut pas se faire chier. Sur lui une tenue unique pour la totalité du trip : un cuissard (qui deviendra son caleçon puis son pyjama), un short, un t-shirt de running, une paire de Stan Smith avec plusieurs kilomètres aux compteurs, un casque et une casquette de coursier Brooklyn sous le casque. L’archétype du Parisien à vélo ! Sur son vélo une sacoche contient la totalité de son change pour 5 jours de trips à vélo + 5 jours à Amsterdam dont 2 en festival. Évidemment il n’a aucun outil, sous prétexte qu’il « ne sait pas bricoler aussi bien que vous les gars ».

Sébastien à retapé un Motobécane qu’il considère comme un vélo tout à fait aux gouts du jour et qui selon lui pourrait largement rivaliser avec un LOOK dernier cri. Il ne comprend d’ailleurs toujours pas pourquoi Chris Froome ne choisit pas de s’aligner avec le même Motobécane quand il engage un Tour de France… Seb n’aime pas les t-shirts, il fait beaucoup de muscu’ dans le but de ne pas avoir à en porter et ainsi pouvoir exhiber son corps de mannequin slips TEX du magazine La Redoute. Cependant, il va devoir en porter un car la météo annonce qu’il ne va pas faire si chaud et il va même mettre un cuissard et un short. Il compte faire la majeure partie du trip avec aux pieds … des Birkenstock. OUI, pourquoi pas ?! J’en profite pour ajouter que si vous pensiez que ce genre de chaussure ne peut pas puer car elles sont ouvertes, vous avez tort. Concernant les bagages Seb a prévu deux sacoches Ortlieb sur un porte-bagage arrière avec des outils, du change (dont une paire de basket dans les sacoches mais pas aux pieds) et beaucoup de batterie portable pour pouvoir assurer le GPS.

Moi, Thierry, j’ai retapé un vieux vélo Louison Bobet qui m’avait été offert un mois plus tôt par le primeur chez qui j’achète mes fruits. Ce dernier voulait faire de la place dans son garage. Bien que soi-disant « retapé » et en état de rouler, je n’ai aucune confiance en ce vélo 3 fois trop petit (56cm) pour moi qui mesure 1,89m. Je suis quand même très fier de partir avec ce vélo et en même temps j’ai pas le choix car je n’en avais pas d’autre. Je suis du genre prudent, Je prévois de rouler avec un t-shirts de running les trois premiers jours et un autre les deux derniers jours, j’ai un cuissard sous mon short de bain (oui, comme ça s’il pleut, là aussi j’ai tout prévu). Comme Seb je prends deux sacoches sur un porte-bagage arrière dans lesquelles il reste un peu de place; et Nico l’a bien remarqué…

À part le vélo de Nicolas, on n’est donc pas parti avec l’option confort dès le départ. Pas de pédales auto, pas de chaussures auto, pas de tenue de cycliste. Trois Branleurs Font un Trip à Vélo, c’est le titre du film.

Du bmx au fixie, en passant par le vélo de route, le velotaff et bien sûr le gravel et le bikepacking, une seule chose m'anime : photographier et partager mes aventures.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.