Portrait de Bikepackers : En Selle !

Enselle voyage

Plus que de simplement vous partager des inspirations et des tips, nous voulions également tirer le portrait de ces aventuriers à vélos. Encore une fois, loin de nous l’idée de vous présenter le futur Peter Sagan mais plus de vous faire rencontrer une personne, un couple, une famille amoureuse du vélo, du gravel ou du Bikepacking. 

Qu’ils soient dans un tour du monde ou simplement dans une aventure de quelques jours, l’important est de découvrir ce qui les animent, comment ils s’organisent, s’équipent et/ou vivent leurs aventures.

C’est avec cette volonté que nous avons discuté avec Ashley & Quentin (@enselle.voyage) partis rouler sur la mythique entre le France et l’Indonésie.

Tout d’abord un grand merci de répondre à ces quelques questions pour très simplement vous connaître et vous comprendre. 

Pouvez-vous vous présenter comme on le faisait dans les années 2000 sur MSN et nous raconter ce que vous faites et où vous êtes actuellement ?  

Alors nous c’est Ashley et Quentin, deux amoureux de nature et d’aventure. Début 2019, nous avons quitté notre boulot, notre logement et nous nous sommes séparés de la majorité de nos affaires pour partir en voyage de deux ans. On a fait un deal avant de partir : Ashley est une mordu de cheval ; Quentin était plus vélo. Donc pourquoi ne pas voyager avec ces deux modes de déplacement ? Nous avons donc décidé rejoindre l’Asie à vélo, en s’arrêtant sur des sections de rêves pour voyager à cheval. Depuis le début du voyage, nous avons roulé 6000km de la France jusqu’en Ouzbékistan et nous avons aussi traversé l’Albanie à cheval sur près de 800km pendant 2 mois l’été dernier. Aujourd’hui, nous préparons un voyage à cheval de 1800km dans les steppes et les montagnes d’Asie centrale. Ensuite nous reprendrons la route à vélo jusqu’à Bali, notre destination finale (ou pas…). On est aussi rédacteur (Ashley) et photographe (Quentin). Nous utilisons notre aventure pour vendre quelques histoires à des éditeurs.

Qu’est-ce qui vous a motivé à partir rouler sur la Silk Road ?

Pour être honnête le plan initial c’était de rejoindre les Amériques. Nous avions prévu de descendre à vélo jusqu’au Maroc pour rejoindre en bateau les Canaries puis l’Amérique du Sud en bateau stop. Et enfin remonter de la Patagonie jusqu’aux US. Il se trouve que la fenêtre de navigation est assez courte sur l’Atlantique (tous les départs se font généralement entre Septembre et Décembre) et nous avons loupé cette période car nous pouvions partir seulement à partir de Janvier. Nous avons fait sens opposé et nous avons décidé de prendre la route des grands voyageurs jusqu’en Asie. Ça n’a pas été compliqué de nous motiver ! Les bouquins, l’histoire, les peuples nomades, les hauts sommets d’Asie centrale, la diversité des cultures, des climats ; beaucoup de choses nous ont finalement attiré vers cette route !

Si on rembobinez à l’époque où vous étiez vous aussi des Rookies. Qu’est-ce qui vous a séduit dans le vélo et qu’est-ce qui vous séduit encore aujourd’hui ? 

Nous habitions à Paris avant de partir. A l’époque, nous utilisions le vélo quotidiennement, mais plutôt pour se déplacer, sortir et aller au boulot. 

Quentin a toujours été attiré par la jungle urbaine, la multitude d’informations qui défile autour de lui. On doit faire attention à tout, anticiper, et c’est stimulant. Quand Ashley est arrivée à Paris, la première chose qu’elle a faite a été d’acheter un vélo sur Leboncoin. Ce pauvre Motobecane a pris un peu cher et n’a pas reçu tous les soins qu’il méritait ! Mais elle croyait qu’il pouvait tout faire, et c’est ce qu’il a fait. Elle a même parcouru 400 km sur les pistes de la Loire, en utilisant des pneus tout fins et un porte bagage attaché à la tige de selle ! C’était la première fois pour elle que le vélo représentait un sentiment de liberté et de capacité à sortir et à explorer, même lorsque l’aventure n’est pas loin de chez elle !

Et puis, nous adorons explorer et nous n’aurions pas découvert aussi bien Paris qu’à vélo.

Aujourd’hui pour un voyage comme cela vous avez quoi comme vélo ? Et quelles sont les équipements indispensables selon vous ? 

Ashley a eu un très bon deal dans un café vélo à Bordeaux (La Musette). Un vélo qui était destiné à la base pour un trip de Bikepacking en Patagonie mais qui n’a finalement n’a pas pu se faire et Ashley a pu récupérer ce vélo tout équipé. Il s’agit d’un vélo reconditionné avec un vieux cadre Sunn et quelques matos vintages. Quentin a opté pour un vélo neuf, le modèle 520 de Trek.

Si on est en complète autonomie, les indispensables sont surtout de quoi bien se protéger des éléments, ne pas avoir froid et ne pas se retrouver avec des affaires trempées sous sa tente : Bien se protéger du froid et de la pluie avec du matos bien choisi et de qualité, ça fait la différence ! Du matériel qui dure dans le temps car pour un long voyage vous utilisez votre matos quasi quotidiennement et vous vous rendez vite compte de la qualité des différents équipements. Certains voyageurs partiront avec très peu d’affaires, mais nous avons fait le choix d’apporter avec nous quelques matos de confort, car on trouve ça important quand on est sans cesse en mouvement. Par exemple, quelques vêtements de ville pour se sentir un peu urbain de temps en temps, des enceintes pour la musique, des liseuses pour lire etc… Ça rajoute un peu de poids mais on n’est plus à quelques kilos près avec tout ce qu’on transporte déjà sur nos vélos. Nous avons aussi pas mal d’outils, d’équipements de rechange et pas mal d’électronique. On fait quelques missions de freelance de photographie et de rédaction sur la route donc c’était difficile de s’en passer.

Si vous deviez retenir un bon moment et un moment galère ce serait… 

Au cours du premier mois, les fins de journées étaient les plus difficiles. La fatigue, la prise de tête pour trouver un bivouac, le froid (nous sommes parti en plein hiver début Janvier), cuisiner, monter le camp, ça fait un gros changement au début ! Les montées de fin de journées ont souvent été rythmées avec des pleurs les premières semaines. Mais ensuite on s’habitue, on devient plus relax, plus à l’aise, on se connaît de mieux en mieux et on sait à quel moment s’arrêter et on trouve notre rythme de voyage. 

A part ça, on a une très peu de moments de grosse galère !

Un conseil pour un Rookies qui voudrait partir demain à l’aventure ? 

Ce n’est pas aussi difficile que ça peut en avoir l’air. On trouve assez vite le rythme finalement, que ce soit physique ou psychologique. On devient rapidement de plus en plus relax. Lisez des livres, suivez des comptes Instagram de voyageurs à vélo, allez mater leur matos et leurs histoires et embarquez vous aussi dans l’aventure. Même niveau budget, certains voyageurs voyagent avec 200 euros par mois ! Les gens sont très généreux, vous allez souvent vous faire inviter à manger, à dormir, beaucoup de réseaux d’hébergement existent (Couchsurfing, Warmshower). Donc il n’y a plus qu’à pédaler ! Même le matos, si vous n’êtes pas au point tout de suite, rapidement vous vous rendrez compte de ce que vous avez besoin et vous pourrez toujours mettre à jour votre matos. Et puis il n’y a pas forcément besoin de partir loin pour partir à l’aventure, l’aventure se trouve aussi autour de chez soi ! Une nuit en bivouac à quelques heures de la maison, c’est ça aussi l’aventure !

Et quelle est LE conseil qu’on vous a donné et que vous auriez aimé avoir beaucoup plus tôt ? 

De changer votre chaîne tous les 2000 km !! Nous avions même l’outil pour contrôler nos chaînes avec nous, mais nous avons totalement oublié de l’utiliser… Et une chaîne usée peut tout défoncer, cassette, pignons, plateaux. C’est à Tbilissi en Géorgie que nous avons eu la surprise. Nous avons dû effectuer quelques réparations non prévues, donc n’hésitez pas à contrôler votre chaîne assez régulièrement pour éviter de tout casser.

Et la suite pour vous, ça dit quoi ? 

Pour l’instant c’est quarantaine, les frontières sont complètement bloquées et les déplacements restreints. Donc c’est repos et on profite de bosser un peu sur les projets en attendant de pouvoir reprendre la route ! Prochaine étape, la traversée de l’Asie centrale à cheval !

TAC-O-TAC

Montée ou descente ? Montée 

Dernière musique ? Le dernier album de The Strokes, The New Abnormal 

Tour de France ou French Divide ? French Divide ! 

Plus facteur ou Coursier ? Coursier ! 

Et pour en savoir plus sur ce couple incroyable, on ne peut que vous rediriger vers leur profil !

www.enselle.voyageInstagram

Véritable "Outdoor Enthusiast" comme ils disent si bien. 📷Photographe et passionné de micro-aventure, je découvre avec bonheur sur le tard le bikepacking et le monde du Gravel. 🚴🏻‍♂️

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *