#TBT 2014 – Paris > Deauville

Les Rookies Paris Deauville

TBT pour Throwback Thursdays est une tendance des internets consistant à se rappeler de vieux souvenirs le jeudi. Pourquoi le jeudi ? On en sait rien. Mais ça nous donne un bon prétexte pour se rappeler de bonnes vieilles erreurs de rookies, pour les partager avec vous, et pour ne jamais oublier d’où on vient.

Mardi 08 Juillet 2014

Mon pote Rémy m’appelle.
Il vient de valider ses études d’archi, il veut faire un truc débile pour fêter ça. N’importe quoi. Tant que ça lui permet de libérer toute la tension qu’il a accumulé pendant ses exams.

On discute un peu, et c’est décidé : on partira cinq jours plus tard, dimanche 13 juillet, en direction d’Honfleur, de Dieppe, ou de Deauville. On ne sait pas trop encore. On improvisera.

A l’époque, pas de Komoot pour préparer ton itinéraire. En bons rookies, c’est Google Maps qui nous guidera.

Top, on se dit que l’itinéraire est prêt. 
A l’époque on avait que nos fixies et nos bmx.
Il ne nous restait donc plus qu’un détail à régler : trouver des vélos. 

On avait un semblant d’itinéraire.
On avait de trucs qui ressemblaient à des vélos.
On avait la banane. 

On est parti. 

Si ce voyage est si mémorable, c’est parce qu’il ne pouvait pas être plus à l’arrache. On était des rookies de chez rookies. Je ne sais même pas s’il existe un mot assez fort pour définir notre niveau d’amateurisme. 

Et qui dit amateurisme, dit emmerdes.
Heureusement, je suis le genre de mec qui voit la chambre à air à moitié pleine, et j’ai le plaisir de vous partager sept galères desquelles j’ai tiré sept enseignements. Ils paraissent évidents, mais je vous assure qu’à l’époque ils ne l’étaient pas du tout. 

01 – Le bikepacking, tu chériras.

Ce moment où rester droit est plus aérodynamique que de se coucher.

Je ne sais pas si on se rend bien compte sur les photos, mais la dose monstrueuse d’affaires qu’on avait emporté sur notre dos nous faisait plus ressembler à des babos itinérants qui ont fugué de chez leurs parents il y a des mois, plutôt qu’à deux potes partis faire un bike-trip de 200km.

Quand t’es content, malgré un paquetage dorsal qui fait deux fois ton épaisseur.

Alors dédicace à tous les rookies qui se lancent dans le bikepacking en 2020. J’espère que vous chérissez vos sacoches Rapha en édition limitée à leur juste valeur. Parce que moi je peux vous dire que je lâche une larme de joie depuis que je peux pédaler avec le dos léger.

02 – La météo, tu vérifieras.

Oui, on est parti en pleine ‘Alerte Orange Orages’.
Oui, on était trempé jusqu’à l’os après avoir pédalé même pas 2km.
Non, on avait pas de vrais vêtements de pluie.
Oui, on s’est dit qu’on était sacrément cons.
Mais putain, malgré tout, qu’est-ce qu’on avait la banane.

03 – Le gravel, tu affectionneras.

Ca fait quatre ans que je suis sur le groupe Facebook ‘Gravel Bike France’. Quatre ans que je comprends toujours pas ce qui est gravel et ce qui ne l’est pas.

Mais ce que je sais, c’est qu’en 2014, le gravel devait pas encore vraiment exister. En tout cas nos vélos, c’est sûr, ils étaient pas gravel.

04 – L’itinéraire, tu planifieras.

Ca c’est la tête de Rémy quand il découvre que le trajet Google Maps qu’on suit depuis le début nous fait prendre la N13, une 2×2 voies limitées à 90km/h sans piste cyclable. 

Pour feinter le tronçon de nationale fallait revenir en arrière et se rajouter un détour d’une soixantaine de bornes. On était jeune, on était con, on était fatigué. Yolo, on a prit la nationale.

05 – Les environs, tu étudieras.

Le long de la nationale, peu avant Evreux, on a trouvé un champ.
On s’est dit qu’il avait l’air confortable et accueillant, alors on a planté notre campement.

Ca avait l’air d’être un excellent spot, et on était trop fatigué pour faire un repérage.

Quelle a été notre surprise de se faire réveiller toute la nuit nuit par des moteurs d’avions de chasse, d’hélicoptères et d’avions cargos. 

Oui. On avait posé notre campement en bout de piste de décollage de la zone militaire d’Evreux. 

Quand tu te dis que t’as du pif pour trouver les bons spots.

06 – Ton vélo, tu entretiendras.

Sauf si vous partez pour une traversée du désert, tant que vous restez pas trop coupé de la civilisation, vous pouvez a priori partir voyager à vélo sans connaissances techniques de réparation trop, trop poussées.

En revanche, ce qui est absolument primordial, c’est de réviser ou de faire réviser votre vélo avant le départ.

Ca vous évitera d’avoir un dérailleur qui vous claque entre les pattes sur une bretelle de nationale. Puis, d’avoir les vitesses qui se changent toutes seules pendant les 100km restants.

07 – Des plaisirs simples, tu profiteras.

Je serais ravi (et rassuré) de savoir s’il y a des personnes dans ce cas, mais ce sandwich sec au jambon-beurre, je m’en souviendrais toute ma vie. Telle une oasis au milieu du désert, le restau routier qui nous l’a servi restera a jamais gravé dans ma mémoire.

Tout comme cette dernière nuit de campement, dans un champ sur les hauteurs de Deauville. Avec l’excitation du voyage, on a complètement oublié qu’on arriverait le soir du 13 juillet, pour les feux d’artifices. Par le plus grand des hasards, on avait posé notre tente dans un champ avec une vue imprenable sur le spectacle nocturne en bord de mer.

Quel plaisir de finir ce voyage sur une petite note de magie, avec un sentiment de planètes qui s’alignent. C’était beau. Un peu comme quand Cameron Diaz court retrouver Jude Law dans The Holiday.

Bref.

C’est ça la vraie magie du vélo. Pouvoir partir, à l’arrache, n’importe où, n’importe quand, seul ou à plusieurs, juste à la force de ses jambes, et se faire des souvenirs qui resteront gravé sous le casque à tout jamais.

Parce que le vélo c’est pas que des mecs en lycra, des termes techniques et des performances sportives. C’est aussi des copains, des imprévus, des joies et des galères, mais toujours de bons souvenirs.

A vous de nous partager vos plus belles histoires de Rookies ! 

Du bmx au fixie, en passant par le vélo de route, le velotaff et bien sûr le gravel et le bikepacking, une seule chose m'anime : photographier et partager mes aventures.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *