Les Rookies à Vélo en Grand 2021

On ne parle pas souvent des évènements sur le site mais celui-ci avait une saveur particulière puisqu’il s’agissait de ma première participation à une course organisée avec un dossard, un numéro, des compétiteurs et de la bière qu’à l’arrivée. Vélo en Grand, qui se présente comme LE Festival de vélo en île-de-France ouvrait ses pistes dans le 77 pour différentes courses dont la Gravel Heroes 100 à laquelle je participais, et le moins qu’on puisse dire c’est que j’ai porté fièrement les couleurs des Rookies…

Arrivé sur l’île de loisirs de Jablines-Annet, je me précipite pour récupérer mon dossard. Tout sourire, tout heureux d’être là. Les autres participants arrivent au compte-goutte et je réalise qu’il n’y aura qu’un Rookie sur le départ ou bien que mon feed instagram s’est retrouvé ce jours-là au même endroit. Gloups.
Après l’excitation du départ, il fallait se concentrer pour faire le job et le moins que l’on puisse dire c’est que j’ai réussi à tenir la cadence les 100 premiers mètres, ce qui est pas mal pour une course qui en fait 110 non ? 😆 Mais rassurez-vous je n’ai pas boudé mon plaisir en arpentant des chemins de graviers, des singles de forêts, des tape-cul d’entre-champs etc etc. La trace était agréable avec quelques portions qui pouvaient facilement faire sortir quelques insultes.

Heureusement j’ai pu compter sur le soutien des potes venus rouler avec moi pour l’occasion, Victor et Jules mais aussi sur une cycliste que j’ai plus l’habitude de suivre online à travers ses aventures (récemment la Badlands) : Sophie Gateau. Ils m’ont tous les trois poussés jusqu’au bout à ne rien lâcher, à gérer aussi les moments où ça me gonflait avec des méthodes simples

« Matthieu, pense à la pinte au bout ! »
« Matthieu, c’est un faux-plat de 10% pas une montée »
« Il reste 30km avant la bière »
« Pense au sandwich de fin »

Bref, cette grande première pour moi était hyper cool, aussi bien sur le vélo qu’en dehors. De belles rencontres et un esprit qui m’a beaucoup plus. Je pense sincèrement qu’en continuant comme ça, mon inscription pour la TCR peut se faire en 2057.

+1000 pour Hutchinson

Rendons à César ce qui lui appartient ! Si j’ai pu squatter le fond du bus c’est parce que les amis de Hutchinson m’ont invité à y être et ça, ça fait zizir. Je rigole encore de me dire que sur le stand de la marque il y avait les crew connus de la région, les riders qui enchainent les kilomètres et les D+ mais aussi le mec qui a fermé le bal. Un plaisir aussi dans les échanges avec les autres qui ne tournent pas qu’autour des stats de l’épreuve mais plus sur la passion du vélo et du Gravel. Alors oui, bravo Hutchinson de favoriser cette approche du vélo et de vouloir rassembler plutôt que de diviser. Pour être un peu moins haut dans mon discours et pour reprendre ma casquette de Rookie, la bière sur le stand était parfaite, le repas un régal, les conseils de ce bon vieux Éric ( qu’on vous a présenté dans notre article sur la visite de l’usine ) toujours aussi fins et le sourire et la bonne humeur de la team vraiment cool.

Et la Team Rookies dans tout ça ?

Et oui, car n’oublions pas que sur cet évènement nous lancions notre deuxième « Team Rookies ». Ils nous venaient tout droit de ch’Nord et ils ont opté pour la version Gravel Heroes 60km. Arrivés la veille pour se préparer physiquement ( bière dans un hôtel avec piscine tout en regardant le derby Lens-Lille ). Je les ai croisé de bonne heure près de la ligne de départ, ils avaient un sourire jusqu’aux oreilles et se faisaient une joie de se lancer sur les sentiers. Alors pour bien comprendre ce qu’ils ont vécu, ils m’ont envoyé un petit récit qui m’a beaucoup fait rire :

Arrivé dès le samedi, le festival était génial!
Dimanche matin ça pique, apparemment c’est ça d’être trentenaire et de vouloir se bouger le fion.
Au départ, des gens habillés tout en Rapha, avec des vélos plus chers que ma voiture se prennent en selfie. Ils sont clairement pas là pour écosser des p’tits pois. Mais derrière nous un barbu nous dit « hééé vous êtes là! » On discute avec le nouveau pote, qui est aussi réveillé que nous, et il part pour la 100km.
Nous on décolle pour la 60km, le lever de soleil est magnifique, le tracé super divers et surtout on connaît pas du tout ce coin.

On commence désespérément à chercher un PMU pour prendre un café, ben ça sera un Proxi avec une promo « Café à 1 euro ». C’est pas aujourd’hui qu’on gagnera le tiercé. À force, on commence à croiser les mêmes personnes donc on se fait des potes, des gens qui kiffent les levers de soleil comme nous.
Ça commence à devenir gras, boueux et ça descend bien.
« ATTENTION PHILIPPE LE PARAPET! ».
La chute. Après une remise de guidon en place et une vérification mécanique, c’est reparti comme en 40. On souffre dans les côtes, on essaye de bien piloter mais surtout on kiffe.

On arrête pas de doubler , se faire doubler, etc par un mec très sympa. On l’embête pas plus que ça et on pars devant. Et c’est là qu’on voit des tiges bizarres qui entourent un champ de blé moissonné.
Faut savoir que nous on vient de la campagne, et que l’un de nous deux fait la moisson chaque année, donc on s’est retrouvés bien intrigués. Et v’la t’y pas qu’au milieu du champ il reste des pousses de cette plante mystérieuse non coupées. Donc on pose les vélos, et là le mec qui nous suivait nous voit courir comme deux débiles dans les chaumes Débiles mais curieux, et on avait bien raison, parce que ces tiges, c’était de la beuh!
Enfin, du chanvre sans THC hein, pour absorber les pesticides des champs voisins, mais merde quoi , de la beuh ! Donc voilà, je pensais pas voir ça un dimanche matin dans le 77.

On arrive vers la fin, le tracé re-croise celui du 100km. Il reste 20 bornes, on donne tout ce qu’on a, mais ça ne nous empêche pas de nous faire doubler par des Mirage 2000 et des Rafale en post combustion. Clairement les mecs ont pris leurs vitamines ce matin parce qu’il sont en forme et ça se voit.

500m. On se déchire pour passer sous l’arche d’arrivée. On y est, on ferme la chemise, on lève même les bras. Et là, la déception. Laurent Jalabert n’est pas là pour nous accueillir et la foule n’est pas en délire. MAIS y’a du Brie de Meaux au ravito. Donc on se fait des sortes de sandwich pain/brie/chips interdits par la convention de Genève. Et on est contents.
Première fois avec un dossard, premier festival vélo depuis qu’on a commencé à s’y mettre.
C’était le pied. Faudra juste apprendre aux gens en Rapha à dire bonjour pour l’année prochaine.

Il va falloir songer à repartir, et surtout mettre les vélos repeints couleur « Boue et argile de Seine et Marne » dans le coffre. Merde. Sauf que l’orga du festival a bien fait les choses , et à 100m se trouve une armée de nettoyeurs haute pression en utilisation libre. On fait péter la pression en mode Car Wash dans un clip de rap. Mon vélo me regarde et me remercie.

Ça y est, c’est fini.

Sur la route du retour, je m’arrête sur une aire et j’en profite pour voir sur le site du festival si il y a pas déjà les dates pour l’année prochaine. J’ai pas trouvé, mais je suis très chaud.

Des bisous.

Véritable "Outdoor Enthusiast" comme ils disent si bien. 📷Photographe et passionné de micro-aventure, je découvre avec bonheur sur le tard le bikepacking et le monde du Gravel. 🚴🏻‍♂️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *