🎙️ « Café Vélo », un livre à savourer.

Qui a dit que chez les Rookies on ne pouvait pas se “culturer” ? Encore une Fake News que je ne peux tolérer. Nettoyez vos bibliothèques Billy de chez Ikea car un nouveau titre va venir garnir votre collection : Café Vélo paru chez Tana Editions.

À la plume, deux cyclistes qu’on commence à bien connaître dans le coin, Julien Sommier et Laurent Belando se sont amusés à parcourir le monde pour dénicher les meilleurs café-vélos et nous en sortir des images tout aussi alléchante. Les deux amis qui se sont longtemps côtoyés au PCR et PCR Gravier ne cachent pas leur plaisir suite à la sortie de cet ouvrage. Alors on a presque pris un café avec eux pour pouvoir parler de ce superbe projet… ☕️

Combien de temps vous avez passé à construire, produire et sortir ce projet ?

Laurent : J’aurais dû noter la date exacte de cette soirée, mais ce devait être en mars. Celle où, calé dans le canap chez Ju avec une bonne bière à la main, on est venu parler de cette idée. C’est un des moments que je préfère dans un projet. Celui où les idées fusent. Vous devez connaître ça chez Les Rookies. Forcément. Je me souviens que, ce jour-là, j’avais passé la journée à télétravailler chez Steel. Voyant l’affluence de cyclistes étrangers qui n’aurait manqué pour rien au monde ce passage chez Steel, je me suis rappelé mon premier passage chez Look Mums No Hans à Londres. Le soir même, Mel, la compagne de Ju, me questionne sur mes futurs projets, et là, je me souviens leur avoir dit que j’aurais bien fait un site autour des Cafés Vélos. Julien m’a alors répondu direct : « Faut faire un livre. Viens on le fait ensemble! » (enfin quelque chose dans le genre…). Et moi de répondre : « Vas-y, GO! ». J’ai retrouvé des échanges de mails avec mes éditrices qui datent de la fin mars. Premier rendez-vous chez Tana le 10 mai. Le projet était en marche !

Julien : Contrairement à Laurent, faire un livre est une première pour moi. Je ne saurais pas vous dire si j’ai passé trop ou pas assez de temps sur ce projet, j’ai l’impression d’avoir fait le maximum et le résultat est canon. On a plus ou moins respecté les deadlines et le livre est sorti dans les temps.

Combien de pays visité ?

L & J : Trop peu, on aurait aimé tous les faire, parce qu’il y a des cafés vélos hyper-cool dans tous les pays du monde (sans doute). Mais, faut pas déconner non plus ! Question d’impact carbone… On s’est concentré sur ceux que l’on s’accorde généralement à dire qu’ils sont incontournables. Soit parce qu’ils sont les plus anciens, soit parce qu’ils sont de véritables petits trésors, soit parce qu’ils ont marqué cette tendance durablement. On s’est partagé les destinations : Angleterre, Espagne, France, Belgique, Pays-bas, Italie, Allemagne, États-Unis, Canada, Brésil… D’ailleurs pour ce dernier, c’est Arthur Feraud s’est occupé des photos. Et pour l’ordre, c’est tout simplement en suivant un axe longitudinal depuis Look Mums No Hands (le point de départ !).

La meilleure adresse selon vous ?

L & J : Du livre ? Aucune ? Toutes ? Difficile de répondre à cette question. Ils sont tous exceptionnels.

Laurent : Personnellement, j’adore retourner à Gérone, et j’adorerais aller à nouveau chez G!RO à Esher. Mais à Côme aussi aux beaux jours, à Majorque aussi forcément, en Belgique… Sérieux, je botte en touche sur cette question.

Julien : Celle où vous vous arrêtez pendant votre ride, car la pause-café est vraiment importante. En ce qui concerne notre sélection, difficile de choisir, chaque endroit est unique. Je vous propose de tous les faire et de nous dire votre adresse préférée.

Une anecdote autour de la réalisation du livre ?

Laurent : Il me semble en avoir donné une sympa dans la première question. Sinon, c’est quelque chose qui me concerne un peu plus que Julien, mais le thème m’a inspiré un type de vélo. C’est en échangeant avec un Julien, celui de la manufacture de cycles Victoire, que l’idée d’un « café racer Victoire » s’est concrétisée ! Un peu à l’image de ceux qu’ils sont dans l’univers de la moto, nous avons imaginé le vélo idéal pour faire des sorties d’un café à l’autre. L’idée n’était donc pas de faire un vélo taillé pour la compétition, mais plus le vélo idéal pour faire des rides entre compaings. Confortable, performant, rapide, et polyvalent. Je te laisse découvrir le speech à la fin du bouquin. Ça a été l’aventure dans l’aventure ce vélo. C’était bien cool. Et le vélo est une véritable fusée ! Je l’adore.

Julien : Pour la préface, on rêvait d’avoir Lachlan Morton. Ce mec est une légende vivante. Comment réussir à entrer en contact avec quelqu’un comme lui ? Bonne question ? Je lui envoie un message sur Instagram. Je lui présente le projet de manière concise mais pas trop, pour éviter le « too long not read ». Je reste un peu dans ses « requests » Quelques jours plus tard, il me répond avec un emoji « pouce en l’air » On discute un peu. Je lui donne quelque mois de deadline, on était au début du projet. Il me répond qu’il va l’écrire dans la journée. 2heures plus tard je reçois un texte magnifique. (Merci encore Foucauld Duchange pour la traduction).

Est-ce qu’il y a un prochain livre en commun ou projet en solo ? (J’ai l’impression de parler à un Boys band sur le point de se séparer).

Ça n’est pas simple de sortir un livre quand on bosse à côté. Laisse nous digérer ça et on vous diras 😅.

Véritable "Outdoor Enthusiast" comme ils disent si bien. 📷Photographe et passionné de micro-aventure, je découvre avec bonheur sur le tard le bikepacking et le monde du Gravel. 🚴🏻‍♂️

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *